Information, capacitation, excellence

SANTE : perte urinaire involontaire chez la femme après accouchement, causes et conseils

0
- Advertisement -

- Advertisement -

Après un accouchement, des femmes se retrouvent avec des malaises notamment l’incontinence urinaire. Une perte involontaire d’urines qui impacte la vie sociale et sexuelle de celle-ci. Il y a bien de moyens pour éviter d’en arriver là, et au cas où cela arrive, des solutions existent.

L’incontinence urinaire désigne la perte involontaire d’urines par les voies naturelles. Cela arrive souvent après un éternuement, une toux, un rire. Plus de 30% des femmes ont une incontinence urinaire après l’accouchement. Comme cause, on peut noter un traumatisme, une déchirure du périnée pendant l’accouchement par voie basse, l’obésité pendant la grossesse, la constipation, si le poids et le périmètre crânien du bébé sont importants, des poussées trop intenses lors de l’accouchement, un geste sur le périnée, chez les multipares…Les fuites urinaires peuvent durer des mois en fonction de la récupération du corps après l’accouchement.

« Le problème de l’incontinence vient du périnée : c’est lui qui maintient les organes dans le bas de l’abdomen et son rôle est important dans la continence urinaire. Un relâchement des muscles du plancher pelvien, un autre nom qu’on attribue au périnée, favorise une incontinence urinaire », a expliqué le Professeur Charlemagne OUEDRAOGO, gynécologue.
On peut également remarquer des signes de fuites urinaires au 3e trimestre de la grossesse, notamment chez les femmes qui ont déjà porté des grossesses. Ce sont les hormones de la grossesse qui occasionnent ces fuites urinaires, parce qu’elles agissent sur la tonicité des tissus musculaires et ligaments du plancher pelvien, a expliqué le Professeur Ouedraogo.

- Advertisement -

- Advertisement -

Comme conséquences, vous pouvez l’imaginer, en plus de freiner les activités quotidiennes de la femme, ces troubles urinaires ont un poids psychologique sur elle : la honte, l’isolement, la dépression. L’incontinence urinaire prédispose également au prolapsus génital, la descente de la vessie.
En dehors des conséquences citées plus haut, les fuites urinaires agissent sur la sexualité du couple, créent de l’inconfort, pouvant occasionner l’infidélité et même la séparation. Les femmes qui ont l’incontinence urinaire ont généralement un autre problème, le pet vaginal.
Comme traitement, « une rééducation du périnée est nécessaire après l’accouchement pour renforcer les muscles du périnée et corriger ces troubles urinaires. Un bilan urodynamique peut être fait pour analyser le fonctionnement de la vessie, c’est-à-dire le volume des urines émises, la puissance du jet etc. » confie le Professeur Ouedraogo, ancien ministre de la santé burkinabé.

Le traitement peut nécessiter un port de couches, la répartition des boissons pendant la journée, la lutte contre la constipation, une perte de poids…
Un traitement médicamenteux peut être associé. Un traitement chirurgical n’est pas exclu en fonction des cas et de l’évolution de la situation. C’est une prise en charge pluridisciplinaire.
Comme conseils,

«-Après l’accouchement, il est important de mettre le corps au repos.
– Une fois le repos acquis, il faut faire travailler les muscles du périnée pour leur donner du tonus afin de mieux contrôler l’émission des urines sur les indications d’un professionnel de santé.
– Réduire la consommation d’alcool, du thé, du café, du cola etc.
– Éviter de trop boire le soir.
– Éviter les sports qui ont un effet direct sur le périnée ;
– Faire des exercices de kegel basés sur les contractions et les relâchements des muscles du périnée ;
– Se faire consulter par un professionnel de santé » a conseillé le Professeur Ouedraogo Charlemagne.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite