Information, capacitation, excellence

Promotion de la femme Togolaise : Entre avancées et défis, la Ministre Adjovi Lolonyo Apedoh-Anakoma fait le point

0

Le monde célèbre ce 08 Mars 2022, la journée internationale des droits des femmes. Cette journée permet de mettre en valeur la lutte pour les droits des femmes et notamment de réduire les inégalités entre hommes et femmes. Au Togo, les femmes sont à la tête des institutions et le taux de participation des femmes dans les instances décisionnelles a augmenté. Cela fait du pays des Nanas Benz, l’un des meilleurs pays qui œuvrent pour le leadership féminin. Même si des avancées sont notées, plusieurs défis restent à relever. A l’occasion de la célébration du 08 mars 2022, la Ministre de l’Action Sociale, de la Promotion de la Femme, et de l’Alphabétisation, Adjovi Lolonyo Apedoh-Anakoma fait le point des avancées de ces cinq (5) dernières années et souligne les défis à relever au micro d’AfrikElles. Interview à lire et à écouter :

Afrikelles :Madame la Ministre, quelles sont les avancées notables en matière du leadership féminin ces cinq dernières années au Togo ?

 

Madame la Ministre:

 

 

Il me plaît, avant de vous répondre, d’exprimer notre gratitude aux partenaires techniques et financiers, et aux organisations de la société civile, dont la contribution est à saluer en ce qui concerne les résultats que nous avons obtenus.

Différentes initiatives prises par le Togo sur le plan politique, juridique, économique et social ont permis de faire progresser sensiblement les droits de la femme.

Sur le plan politique :

Nous avons la représentativité des femmes dans les sphères de décisions et à des postes clés qui s’est améliorée :

Pour exemple

 En 2017 le Gouvernement comptait 17,39% de femmes : en 2020 on est à 34,28 ; aujourd’hui nous avons 35 ministres dont 12 femmes avec des femmes qui détiennent les ministères clés comme celui des armées, de l’énergie, des infrastructures.

Nous avons une femme à la tête du gouvernement et une femme présidente du HCRRUN.

 A L’assemblée nationale : la législature 1994- 1998 ne comptait qu’une seule femme.

Aujourd’hui nous avons 91 députés dont 17 femmes, soit 18,68%, avec une femme à la tête, une 2ème vice- présidente, un questeur, un rapporteur et d’autres présidentes de commission.

 Au niveau de la gouvernance locale : sur 1527 conseillers municipaux, on dénombre 192 femmes conseillères municipales, 12 femmes Maires et 24 adjointes aux Maires.

 On note également plus de femmes envoyées dans les contingents militaires pour le maintien de la paix.

Sur le plan socio- économique

Pour l’année 2020, malgré les impacts de la crise sanitaire, le nombre d’entreprises portées par les femmes a augmenté et sur les 3426 entités formalisées, 27% des nouvelles entreprises créées sont celles des femmes.

– La mise en place d’un Fonds National pour la Finance Inclusive (FNFI).

Ceci a permis de toucher 1 290 323 bénéficiaires dont la majorité sont des femmes.

- Advertisement -

- Advertisement -

On note également la prise de mesures pour améliorer le pouvoir économique de la femme (25% des marchés publics aux femmes et aux jeunes, inclusion financière, appui aux groupements féminins, accompagnement des femmes pour la formalisation de leurs micro entreprises, …)

Plusieurs rapports témoignent de ces avancées, notamment

-le rapport « WOMEN BUSINESS AND THE LAW » de la Banque Mondiale, publié en février 2021, qui a classé le Togo au premier rang en matière de promotion du leadership féminin dans les instances de décisions, dans les entreprises et dans l’entrepreneuriat en Afrique de l’ouest ;

le rapport de l’OIT sur la part des femmes dans les fonctions dirigeantes, publié sur le site français STATISTA en septembre 2021, a classé le Togo au premier rang mondial des pays où les femmes sont aux commandes.

Sur le plan juridique:

de nouveaux textes ont été adoptés ou révisés en faveur de l’égalité des sexes et de l’autonomisation des femmes, notamment :

• La loi portant code foncier et domanial qui garantit l’accès à la propriété foncière aux femmes au même titre que les hommes

• La loi sur l’impôt, très favorable aux entreprises surtout les Petites et Moyennes Entreprises (PME), en matière de réduction des taxes,

• La loi portant nouveau Code Pénal qui sanctionne davantage les violences à l’égard des femmes ;

• Le Code des Personnes et de la Famille modifié en 2012 puis en 2014 qui apporte une innovation dans la lutte contre les violences basées sur le genre, le droit des femmes en matière de mariage, de gestion du foyer, de succession, et la capacité juridique de la femme.

Afrikelles :Quels sont aujourd’hui les défis à relever pour une promotion réussie et effective de l’égalité des sexes ?

 

Mme le Ministre : Ces défis sont de divers ordres ; entre autres :

• Œuvrer à la déconstruction des normes sociales négatives qui compromettent le développement des femmes ;

• Œuvrer au maintien de la jeune fille dans le cursus scolaire et universitaire et surtout pour leur excellence et le développement de leur leadership ;

• Assurer une alphabétisation des femmes et des filles qui n’ont pas eu la chance d’aller à l’école ;

• Assurer l’autonomisation des femmes et leur participation effective à la prise de décisions à tous les niveaux du processus de développement du pays ;

• Faire avancer la participation égale des femmes et des hommes en tant que décideurs dans l’élaboration des politiques de développement durable ;

• Faciliter l’accès des femmes aux moyens de production (terre cultivable, micro crédits, informations relatives aux microfinances), aux marchés/débouchés et aux Nouvelles Technologies de l’Information et de Communication (NTIC).

 

 

Propos recueillis par Eugénie GADEDJISSO TOSSOU

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite